°°° B I L A N °°°

365 réveils.
12 découvertes (ou peut-être 24, 36, 72…).
1 expérience unique.

Je me souviens encore parfaitement de mon arrivée à Edmonton. La peur d’avoir fait le mauvais choix, l’excitation de rencontrer la famille d’accueil, la tristesse de quitter ma famille, la joie de pouvoir voyager, l’envie dévorante de profiter.

Après une année passée ici, il serait temps de faire le bilan, de voir un peu où j’en suis, ce que je vais faire après mais je ne sais pas si j’ai vraiment envie…. On va laisser faire le hasard et voir où la vie me mène, ce sera peut-être plus simple 🙂

Mais j’ai quand même envie de revenir sur cette première année canadienne et sur cette expérience de voyage seule, à 8000 km de chez moi.

Sans titre

Alors je me suis dit : je suis seule ici et les gens qui me lisent ne savent pas vraiment ce que c’est la vie au Canada. Alors pourquoi ne pas faire le bilan de ça ?

Eh bien c’est parti !

Les horaires de vie

En arrivant ici, j’ai très vite pris conscience que ma vie serait totalement différente de ma vie en France. Dès le premier jour, les enfants se sont levés à 6 h et forcément, sont venus me voir pour jouer ! Alors… comment dire… Moi qui dormais jusqu’à 11 h certains week-end… Eh bien c’est fini !

Bon aujourd’hui ils ne viennent plus me voir à 6h pour jouer mais mon rythme à changé et me lever à 8h un dimanche matin n’est plus un problème est plus acceptable. Du coup, les horaires de repas changent aussi. Et ça, même après 1 an, je ne m’y fais pas…
Le repas du midi à 11h30 et le repas du soir à 17h30. Oui oui, vous avez bien lu : dix sept heure trente ! D’où vient cette idée, je n’en sais rien mais toujours est-il que c’est le cas dans beaucoup de familles, même celles qui n’ont pas d’enfants. Alors quand moi je dis qu’à cette heure là, je sortais juste de l’école, les gens ouvrent des yeux aussi grands que ceux que moi j’ai ouverts la première fois qu’on m’a appelée pour manger à 17h30 ( oui j’insiste : 17h30 !! )

Et donc vous me direz : qu’est ce qu’ils font jusqu’au moment du coucher ? Eh bien le coucher est vite arrivé. Ici les enfants sont au lit à 19h maximum… Donc le temps de manger, de prendre une douche et de lire un livre, la journée est finie. A 19h…. l’heure à laquelle on commence à préparer le repas chez moi…
Définitivement, je ne m’y fais pas!

MAIS… parce qu’il y a toujours un mais, je me rends compte que c’est pas si mal de se lever à 8h en fait. On a le temps de faire plein de choses dans la journée. Surtout quand on sait que le soleil se couche à 16h30 en hiver. Mais ça on en parle dans un prochain point 🙂

La nourriture

Depuis que je suis arrivée j’ai mangé : chinois, thaï, indien, libanais, canadien, un peu français, grec, mexicain et hawaïen. Mais je ne suis pas sortie du Canada…

Je ne sais pas si c’est dû au fait que ma famille d’accueil a beaucoup voyagé ou si c’est parce que le Canada n’a pas véritablement de culture culinaire ou encore parce que le Canada est vraiment multiculturel mais toujours est-il que j’ai découvert plus de nourriture en 1 an qu’en 21 ans de vie !

20180723_1900594532748845419120146.jpg

20180720_1252033977388377540789237.jpg
Un curry indien
snapchat-13737050844646272529500629271.jpg
La fameuse poutine !
20180310_1605114344642951960166800.jpg
Des cinnamon buns.

Ici, on trouve des restaurants chinois, grecs, libanais, mexicains et j’en passe, à tous les coins de rue. Ils sont souvent tenus par des étrangers, immigrés au Canada, ce qui fait toute la richesse de ce pays.

J’ai d’ailleurs fait la drôle de constatation que du côté ouest du pays ( Vancouver, Vancouver Island), la population est très asiatique. Alors que du côté est, la population est très européenne. Et au centre du Canada ? Les Canadiens. C’est logique vous me direz mais du coup je me demande si les canadiens ne sont pas comme pris en étau par cette immigration de masse, arrivée depuis des décennies?

Pour revenir à la cuisine, je pense que parmi les différentes découvertes culinaires que j’ai pu faire, j’ai aimé le plus le libanais et le chinois (cuisiné par des vrais chinois!).

A Edmonton, on mange de très bons plats mexicains chez Julio’s et on mange très bien français au Café Bicyclette !

Et d’ailleurs toutes ces découvertes m’ont donné un nouvel objectif : découvrir un plat typique de chaque pays du monde. Alors je l’ai rajouté dans ma wish list que vous pouvez retrouver ici 🙂

Le climat

Le Canada est bien connu pour ses hivers très froids et ses mètres de neige. Mais il est peut être moins connu pour ses étés chauds et secs, synonymes de dimanche au bord de la piscine et de feux forêt souvent pas très sympathiques.

Une chose qui m’a choquée ici, c’est la vitesse avec laquelle on passe d’un extrême à un autre. En fait, il y a pas de demi saison : on passe de l’été à l’hiver en quelques jours et inversement.

Je suis arrivée en septembre, avec dans ma valise quelques shorts et t-shirts. J’ai pu les porter quelques semaines avant que, très rapidement, les températures passent d’un bon 25 degrés bien doux, à des -5 voir -10 degrés beaucoup moins doux!

Un exemple en photo : avant que je parte en vacances début avril et à mon retour de vacances fin avril.

20180811_1532006022297539816655548.jpg
1 avril 2018
20180507_095834-16838429936117570427.jpg
23 avril 2018

On passe clairement des quelques centimètres de neige au sol à de l’herbe ; du manteau d’hiver avec gants et bonnets, aux petites baskets, short et marcel. Bienvenue au Canada ! 🙂

Le climat est aussi très variable en fonction de l’endroit où l’on se trouve dans le pays. C’est une donnée à prendre en compte avant de s’installer. Du côté ouest, l’hiver est beaucoup plus clément au niveau des températures avec très peu de neige mais beaucoup de pluie. Du côté est, l’hiver est très froid, avec quelquefois plusieurs mètres de neige et un hiver beaucoup plus long sur la durée.

Ici, les premiers flocons sont tombés courant du mois de novembre et les derniers fin mars, début avril. Pour vous dire à quel point ça peut être long !!

Et avec l’hiver, il faut aussi s’attendre à voir les jours raccourcir très, très, très vite ! Le matin j’emmenais le plus grand à l’école à 8h30 et le soleil n’était toujours pas levé. Et le soir, à 16h30, il faisait noir. Ce qui explique les heures de repas et de coucher très décalées!

Moi ce que j’ai le plus aimé pendant cet hiver c’est les journées de grand soleil. Il peut faire -30 mais on ne se sent pas complètement en hiver parce que justement, il fait beau ! Et c’est arrivé très régulièrement pendant ces 5 longs mois de neige.

img_20180203_142309_002-17522883536421411887.jpg
Quebec en Février 2018

Ce que l’hiver au Canada m’a appris c’est qu’il ne faut pas se limiter aux températures pour pouvoir faire des choses. Avec un bon manteau, des bonnes chaussures ou avec un short et t-shirt adapté, on peut tout faire. J’ai fait de la luge et du patin par -20, j’ai appris à profiter des 10 degrés sans me plaindre, j’ai profité des 30 degrés de l’été en me préparant psychologiquement aux -30 à venir. 🙂
Ici, on trouve des équipements pas trop chers pour pouvoir passer l’hiver et ce n’est pas nécessaire de venir avec ces équipements français ( ou du moins, ceux qu’on avait dans notre pays natal). Les magasins de revente et les groupes Facebook sont parfois très utiles pour ceux qui ont un petit budget. Et pour tous ceux qui souhaitent acheter neuf, vêtements été comme hiver les magasins MEC et Atmosphere sont très bien fournis.

Les distances

Faire 4h de route pour passer une nuit en camping ? Parcourir 1000km en avion pour un week-end ? Mettre moins de temps pour relier Edmonton à Vancouver en avion que La Rochelle à Paris en train ? Tout ça, ça me paraissait fou avant d’arriver ici. Maintenant ça me semble normal!

Ici c’est grand, tout est très éloigné. Entre deux grosses villes il n’y a pas grand chose et mieux vaut prévoir le plein d’essence avant de partir.

Pour vous donner un ordre d’idée, la province du Quebec pourrait contenir trois fois la France, l’Alberta est peuplée de 4 millions d’habitants contrairement à nos 66 millions et enfin le pays compte pas moins de six fuseaux horaires ! De quoi perdre la tête…

Ma vision du voyage a donc complètement changé et mes envies aussi. Il y a encore quelques mois, je n’aurais pas eu l’idée de parcourir le Canada en voiture ou encore l’Europe en food truck ( et oui, pourquoi pas…). Aujourd’hui ce sont des choses que j’envisage et dans lesquelles je me projette.

J’ai aussi découvert que les distances permettent les rencontres. Arrivé dans une auberge, il est facile de parler avec quelqu’un d’un autre pays, d’une autre province. La curiosité et l’envie d’en apprendre plus sur des territoires que l’on a pas encore découverts permettent d’échanger facilement.

Et puis je dois vous avouer une chose : le mythe des français adorés par les canadiens, n’est pas un mythe !! Alors bien souvent, lorsque je dis que je suis française, la conversation se met en place 🙂

Mais, il y a encore un an, vous m’auriez dit que je partirais seule en auberge de jeunesse et que je serais capable de discuter aussi bien en anglais qu’en français, avec des personnes que je ne connaissais pas, je vous jure que j’aurais bien ri ! Aujourd’hui, c’est une toute autre histoire…

La découverte de soi ( et des autres)

Depuis que je suis arrivée à Edmonton, j’ai dormi dans une dizaine d’auberges, j’ai pris 21 fois l’avion, j’ai fait trois road trip et je m’occupe de trois enfants seule quasiment tous les jours.

Moi qui étais plutôt timide, renfermée, mal à l’aise en public et pas du tout confiante en moi, je peux aujourd’hui dire que beaucoup de choses ont changé. Bien entendu, je reste la même et je ne vais pas dire que je serais capable de faire un discours devant 100 personnes mais quand même… Chaque changement est une petite victoire 🙂

Vivre seule à 8000km de ma famille m’a permis de m’émanciper et de prendre confiance en mes capacités. Oui je suis capable de parler anglais. Oui je suis capable de partir seule sans connaitre personne. Non les gens ne vont pas se moquer de mon accent. Oui les personnes que je rencontre sont bienveillantes et aidantes.
Je crois qu’au fond de moi, j’ai compris que l‘humain est naturellement sympa et disponible pour autrui. Les mauvaises expériences passées semblent peu à peu s’effacer et aujourd’hui, j’ai envie de penser que chacun est bon et surtout que chacun a quelque chose de bon à donner.

Je pense que ça je l’ai appris des Canadiens. Pour la plus grande majorité, ce sont des gens ouverts, attentifs, aidants et bienveillants. Tu es perdu dans la rue ? Ils viennent t’aider même s’ils ne sont pas sûrs eux même. Tu as besoin d’un ticket de métro mais tu n’as pas de monnaie ? Demande à un passant, tu as de grandes chances d’en obtenir un (vérification faite à Toronto !).

La découverte de cette nouvelle mentalité me donne vraiment envie de découvrir le monde, de partir à la rencontre d’autres cultures, d’autres coutumes. J’ai envie de voir si aux quatre coins du monde les gens sont aussi souriants et accueillants. J’ai envie de changer ma mentalité ( ici on est connu pour être râleur, pas accueillant, parfois égoïste, souvent radin…), j’ai envie de me tourner vers de nouvelles coutumes sans pour autant perdre les miennes. Et je crois que j’ai aussi envie de montrer au reste du monde que les Français ne sont pas que râleur ! 🙂

Je conclurai ce bilan en disant que cette année canadienne a été la plus belle de ma vie. Malgré les doutes, la tristesse, l’incertitude, j’ai passé douze mois merveilleux, entourée de gens fabuleux. Pour rien au monde je ne changerai ça. Et surtout, pour rien au monde je ne déconseillerai cette expérience à quiconque. Même si tu es timide, peu sûr de toi, même si tu ne parles pas bien la langue, même si c’est uniquement pour quelques mois, il y a forcément du positif à tirer, des gens bienveillants pour t’accueillir et t’épauler.
Alors fonce, vis tes rêves et savoure ! 🙂

Pour ma part en un an j’ai : été à Vancouver, Yellowknife, Québec, Calagry, Toronto ; j’ai fait un road trip en Gaspésie, un dans les Rocheuses, un sur l’île de Vancouver. Je suis allée à Las Vegas pour rencontrer mon idole, j’ai vu trois spectacles de rodéo et j’ai appris l’anglais. Pas mal hein ? Maintenant, à toi de jouer 😉

En attendant, je te dis à bientôt pour de prochaines aventures.
Cassoune, la (presque) Canadienne ! 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :