« Comment tu es devenue fille au pair? », « Quel visa tu as eu? », « Et concrètement c’est quoi le PVT? »

Ce genre de question, je les reçois environ 2/3 fois par semaine et je me suis dit qu’avec la clôture de la session 2018 du PVT ( Permis Vacances Travail ) il serait intéressant de faire un petit article pour répondre plus généralement.

Le PVT 2018 est donc terminé depuis quelques jours. Environ 12 300 invitations ont été envoyées pour environ 30 000 personnes inscrites dans le bassin. La session 2019 va quant à elle commencer d’ici environ un mois, soit fin novembre.

Je te vois déjà venir avec tes questions : c’est quoi un bassin ? pourquoi une invitation ? Et puis finalement pourquoi un PVT ? Et pourquoi pas ? Et pour faire quoi ? Je vais essayer de répondre du mieux que je peux à toutes ces questions et surtout, je vais essayer de dé-vulgariser les termes bien trop barbares à mon goût!

Dans les mails que je reçois, il y a les questions générales auxquelles je réponds assez facilement mais souvent je perçois un sentiment d’incompréhension face aux termes utilisés, un désespoir face aux chiffres annoncés et parfois un découragement avant même d’avoir commencé.
Et c’est particulièrement pour cette dernière raison que j’ai décidé d’écrire un article.

Avant de parler de choses sérieuses et de rentrer dans le vif du sujet qu’est le PVT, je voudrais passer un message pour dire que le PVT est une des plus belles expériences de ta vie. Lorsque tout se passe bien ( ce qui est le cas dans la majorité des cas), c’est une expérience forte en émotions, riche en découvertes et en partages, enrichissante d’un point de vue personnel et surtout, surtout, c’est une expérience inoubliable. Au fil des jours et des mois, tu vas rencontrer des gens de tous horizons, de toutes cultures. Tu vas ouvrir des yeux plus gros que le monde devant les paysages de fou qui s’offrent à toi, tu vas pleurer ta famille qui te manque mais tu vas rire de tes nouvelles rencontres et de tous les hasards de la vie ( oui, oui, ce n’est pas un mythe, le monde est petit. Très, très petit même). Alors, NE BAISSE PAS LES BRAS devant la montagne administrative qui s’ouvre devant toi, vas au bout de ton rêve, sérieusement, ça en vaut la peine.

Pour commencer je voudrais dire que je ne vais parler que du PVT Canada puisque que c’est celui que j’ai obtenu et que c’est le seul que je connais. Mais en France, on est plutôt chanceux, puisque 14 destinations nous sont offertes :

  • Argentine pour 1 an (pas de prolongation possible )
  • Colombie pour 1 an (pas de prolongation possible )
  • Australie pour 1 an (prolongation possible )
  • Corée du Sud pour 1 an (pas de prolongation possible )
  • Bresil pour 1 an (pas de prolongation possible )
  • Japon pour 1 an (pas de prolongation possible )
  • Canada pour 2 an (pas de prolongation possible )
  • Hong-Kong pour 1 an (pas de prolongation possible )
  • Chili pour 1 an (pas de prolongation possible )
  • Mexique pour 1 an (pas de prolongation possible )
  • Nouvelle-Zélande pour 1 an (prolongation possible pour 3 mois )
  • Russie pour 4 mois (prolongation possible pour 1 an avec un contrat de travail)
  • Taïwan pour 1 an (pas de prolongation possible )
  • Uruguay pour 1 an (pas de prolongation possible )

Pour plus de renseignements, je te propose d’aller faire un tour sur le site des PVTistes. C’est un site bien documenté, avec de vraies réponses à tes questions et un forum plutôt complet 🙂

C’est quoi le PVT ?

Le PVT ou Permis Vacances-Travail pour les intimes, est un visa qui te permet de rentrer dans un des pays mentionnés plus haut. L’avantage de ce genre de visa est que tu es libre de travailler quand tu veux et où tu veux. Mais tu peux aussi décider d’être en vacances tout le long de ton visa sans jamais te servir de l’option travail.

La grosse différence que l’on trouve avec un permis vacances simple c’est qu’en cas de galère d’argent, tu as la possibilité de travailler légalement pour une courte ou longue durée et profiter ainsi plus longuement de ton expérience à l’étranger.

Au Canada, le PVT est valable 2 ans, sans possibilité de prolongation. MAIS… une fois l’invitation à te présenter sur le territoire envoyé, tu auras un an pour rentrer. Alors pas de panique si tu reçois ta lettre fin décembre et que tu es disponible pour partir début juillet. 🙂

Dans cet article, je vais employer des mots comme invitation, tirage au sort, bassin ou encore lettre d’introduction. Ce sont les termes qui sont employés par le gouvernement canadien alors autant te familiariser avec tout de suite. Mais comme je sais qu’ils sont un peu barbares et un peu dénués de sens, je vais essayer de les expliquer au mieux et de les modifier pour des mots ou des termes plus simples lorsque ce sera le cas.

L’idée du PVT en elle-même est assez simple. Il faut créer un compte sur le site du gouvernement canadien, puis présenter une demande de PVT. Pour te faciliter la tâche, je vais suivre le processus le plus longuement possible et te détailler chacune des étapes.

Etape 1 : Créer un compte.

1.1

La première chose à faire est de se rendre sur le site du gouvernement canadien : canada.ca

Clique ensuite sur l’onglet immigration puis sur « ma demande ». Tu vas alors créer un compte grâce à un identifiant et un mot de passe (comme sur n’importe quel site). Ce compte s’appelle un compte IRCC (Immigration, Réfugiés et Citoyenneté Canada).

3.4

Pour cette étape là, tu n’auras pas encore besoin de papier type passeport. Mais sache que lorsque tu auras reçu ton invitation, tu auras uniquement 20 jours pour remplir ta demande. Sois sûr d’avoir ton passeport à ce moment là.

Etape 2 : la demande de PVT.

Une fois ton compte créé, tu vas devoir t’inscrire pour le type de visa que tu désires ( dans notre cas le PVT s’appelle en fait EIC (Expérience International Canada).

4.5

Tu vas ensuite devoir répondre à tout un tas de questions tel que ton pays de résidence, la possession ou non d’une lettre d’embauche, ta présence dans une école ou non… Toutes ces questions ont pour but de déterminer si tu es un candidat potentiel pour le PVT ou pour tout autre type de visa.

Normalement, tu arrives ensuite sur une page qui te dit que, bien heureusement pour toi, tu es admissible au PVT. Dans mon cas, la réponse est oui mais impossible de présenter une demande puisque les bassins sont fermés ( et ne réouvrirons qu’au mois de novembre). Mais dans ton cas, un accès à présenter une demande te sera donné.

Si pour toute raison, tu dois quitter la page, tu auras 60 jours pour reprendre ta demande avant que celle-ci ne soit détruite.

Etape 3 : l’attente…. et la joie ( je te le souhaite!)

Une fois ta demande envoyée, tu n’as plus qu’à attendre que les rondes d’invitation se passent, en espérant que ton nom soit tiré assez vite.

Pour faire simple (et imagé), le nom de tous les prétendants au PVT est inscrit sur un papier et mis dans une boite. Chaque semaine (environ…) une petite main tire au sort un nombre de papiers (jamais le même nombre, rarement les mêmes jours). Une fois que ton nom est tiré au sort, tu reçois une lettre d’invitation. Cette lettre t’invite à remplir ton dossier.

Tu as donc 10 jours pour répondre à cette invitation. Une fois cela fait, tu as 20 jours pour remplir les documents ( clairement, il ne faut pas 20 jours pour faire ça. Quelques heures suffisent si tu as tous les documents avec toi).

De mémoire, c’est à ce moment-là que tu dois fournir un CV ( en français ça marche parfaitement bien). Tu dois aussi saisir les informations de ton passeport et de ta visite médicale. La fameuse… parlons-en !

La visite médicale est donc comme son nom l’indique, un examen médical composé de trois examens : une visite chez un médecin, une radio des poumons et une prise de sang. Le coût de ces examens s’élève à environ 250€ qui ne sont pas remboursés par la Sécu (bon… sur certain forum des gens disent qu’ils ont été remboursés.. essaye toujours, ça peut marcher).
MAIS…. Selon le gouvernement canadien, cette visite médicale n’est obligatoire que si tu veux travailler auprès des enfants ou dans le domaine de la santé. Alors si ce n’est pas ton cas, bingo ! tu économises 250€ pour ton voyage ! 🙂
Pour tous les renseignements et la liste des médecins agréés, tu peux cliquer sur ce lien 🙂

Petite information bonne à savoir : tu peux, comme moi ( et beaucoup d’autre), ne pas vouloir dépenser 250€ sans savoir vraiment si tu as le PVT. Dans ce cas-là, tu peux passer ta visite médicale après avoir eu la lettre d’invitation et au moment de passer la visite médical, tu présentes ton numéro EIC (inscrit sur la fameuse invitation). Le médecin va donc rajouter cette pièce à ton dossier.
Par mesure de sécurité, certaines personnes l’envoie au gouvernement canadien via le profil IRCC mais par expérience, la réponse arrive tardivement voir jamais, pour te faire dire que tout est ok et que tu peux rentrer sans problème.

Une chose qui est hyper importante à vérifier une fois arrivé sur le territoire c’est de regarder si, sur ton visa, il est bien stipuler que ton permis est ouvert, ce qui signifie que tu peux travailler dans les domaines énoncés plus haut.

Pour plus de sécurité, je te conseille d’avoir avec toi, les papiers donnés par le médecin qui stipule que tu as passé la visite médicale et que tu es en bonne santé et apte à travailler.

Autre information bonne à savoir : si lors de ton inscription au PVT, tu stipules que tu ne veux pas travailler avec les enfants, tu arrives sur le territoire avec un permis qui est donc fermé, mais tu changes d’avis. Quelle idée…
Pas de panique ! Tu peux passer la visite médicale ici (elle coûte environ le même prix), mais tu dois ensuite faire modifier ton permis de travail via ton profil IRCC. D’après une expérience proche de moi, c’est clairement le bazar, ça coûte encore de l’argent et ça prend beeeaucoooup de temps ! Alors un conseil, fait-le en France, même si tu n’es pas sur à 100% de vouloir travailler dans ce genre de domaine. Une opportunité de baby-sitting est vite arrivée et il serait dommage de passer à côté de quelques centaines de dollars pour si peu…

En plus de la visite médicale, il peut t’être demandé des certificats de police des différents pays où tu as séjourné ( y compris la France). C’est alors à toi de faire les démarches pour les obtenir. Et si, par malheur, cela prend plus que 20 jours, il faut alors que tu fournisses la preuve que tu as fait la demande et le gouvernement te donnera alors un délais supplémentaire.

Depuis juillet 2018, il est aussi obligatoire de fournir des données biométriques. Sachant que je n’ai pas eu à faire cela, je ne pourrais pas te donner d’information ( et j’ai pas envie de dire de bêtises non plus..) alors je te conseille d’aller sur cette page, c’est expliqué en détail 🙂

Si malheureusement ton nom n’est pas tiré au sort, ne désespère pas. Les quotas augmentent tous les ans vers le mois de juin et les rondes s’étendent jusqu’au mois de septembre. Pour avoir une idée du nombre de places qu’il reste, tu peux suivre l’évolution sur cette page.

Étape 4 : l’arrivée sur le territoire.

Une fois ton sésame en main, tu ne vas avoir qu’une seule idée c’est de partir. Ô combien je te comprends !

Prends tout de même bien le temps de choisir ta ville d’arrivée en fonction de ce que tu veux faire, en fonction du climat aussi. Tout le monde n’adore pas les 1m50 de neige alors arrivée à Montréal le 5 janvier c’est peut être pas la meilleure solution 🙂

Une fois à l’aéroport, tu vas devoir présenter la preuve que tu as une assurance, la preuve que tu as les fonds nécessaire et les documents d’EIC concernant ton PVT.

Le douanier peut décidé de te poser des questions sur les motifs de ta venue ici, répond alors franchement. Si tu n’as ni travail ni logement ce n’est pas un problème. Ils sont habitués à rencontrer des pvtistes et je ne pense pas que ça remette en question l’obtention de ton visa.

Dans les jours qui suivent, tu vas devoir ouvrir un compte en banque, démarche qui est très rapide au Canada. En quelques minutes tu as une carte de débit en main !

Tu vas aussi devoir créer ton NAS ( Numéro d’assurance Sociale ). Pour ce faire, tu dois te rendre au bureau de service du Canada le plus proche de toi. Tu peux consulter ce site pour le trouver facilement. Le NAS te sera demandé pour bénéficier des services de santé et pour travailler. Les démarches sont simples : tu dois présenter ton passeport avec le visa que tu as reçu en passant la douane, un numéro de téléphone ( je te conseille donc de faire les démarches avant ) et une adresse ( qui peut être modifiée par la suite).

L’agent va ensuite te délivrer un papier avec ton numéro à 9 chiffres.

Tu es maintenant prêt(e) pour vivre tes 2 années pleinement ! 🙂

Et pour être fille au pair ?

Avant de t’expliquer comment devenir fille au pair, je pense qu’il est important de te donner un conseil : ne commence pas à chercher de famille temps que tu n’as pas le PVT. J’ai rencontré bien trop de jeunes filles déçues car elles avaient trouvé la famille parfaite mais n’avaient pas eu le visa avant la date de départ. Rappelle-toi que tu as un an pour partir une fois l’invitation reçue alors tu as tout le temps de trouver une famille !

Pour ce qui est de la recherche de la famille, je suis personnellement passée par le site aupairworld. C’est un site qui, à mon goût, est bien organisé, bien pensé et sécurisé.

Toi, future fille (ou garçon) au pair, tu n’as rien à payer. Tu t’inscris en indiquant dans quel(s) pays tu souhaites te rendre puis tu renseignes des informations sur toi. Plus ta description sera précise, plus les familles auront envie d’échanger avec toi. Mets aussi quelques photos, ça aide à se faire un avis.

Ensuite tu peux commencer à contacter des familles ou attendre que des familles te contactent. Je te conseille de répondre à tout le monde même si c’est pour donner une réponse négative. Des statistiques sont affichées sur ton profil et souvent, une personne avec un taux de réponse faible donne une moins bonne impression.

Lorsque tu vas commencer à parler avec les familles, n’hésite pas à poser PLEIIINNNS de questions ! Moi j’avais fait une petite liste ( c’est juste pour avoir une idée hein !) :

  • où habitez-vous ? grande ville ? petite ville ? Campagne ou ville ?
  • nombre d’enfant ? âge ? école ou pas école ?
  • principales missions (repas ? ménage ?)
  • loisirs pratiqué par les enfants ? et par les parents ?
  • emploi du temps précis pour moi (c’est toujours dur d’arriver et d’apprendre qu’on a qu’un jour de week-end par exemple…)
  • quelle est la journée type ?
  • habitude alimentaire ? (végétarien, végétalien etc…)
  • voiture pour la fille au pair ?
  • nombre de semaine de vacances ?
  • animaux dans la maison ?
  • le salaire ?
  • chambre privée ? salle de bain privée ?
  • durée du contrat ? et en cas de conflit ? (il est important de se dire qu’un préavis de 15 jours ou un mois est possible aussi bien pour le/la jeune au pair que pour la famille )
  • à quoi ressemble un week-end type ?

Une fois que le courant passe bien des deux côtés, que vous vous êtes mis d’accord et que tu es prêt à partir chez eux, je pense qu’il est important de rédiger un contrat écrit et signé par les deux parties. Chacune met les points qui lui semblent importants et chacun signe.

De plus, si la famille a déjà eu d’autres au pair, tu peux sûrement demander à communiquer avec eux/elles pour avoir un vrai retour d’expérience.

Une fois ton billet en poche, tu vas arriver à l’aéroport et l’agent des douanes va sûrement te demander quel est le but de ta visite. N’hésite pas à dire que tu vas être fille au pair ( ou plutôt nanny, ils connaissent mieux), que tu as déjà trouvé une famille et qu’elle t’attend à l’aéroport. C’est rassurant pour eux de savoir que tu as déjà une situation ici.

Et puis ensuite, profite de ton expérience. Tu verras qu’elle est belle, enrichissante, amusante et riche en émotion. So, enjoy ! 🙂

Et pour finir, quelques conseils…

  • Reste attentif à tes mail mais aussi à tes spams, il se peut que le mail du gouvernement arrive au milieu d’un tas de pub !
  • Suis le compte twitter et le compte facebook d’EIC pour l’ouverture des bassins
  • Regarde ton compte EIc au moins 1 fois par semaine. Je te rappelle que quand tu reçois l’invitation, tu as seulement 10 jours pour accepter et ensuite 20 jours pour remplir le dossier
  • Prévois une assurance santé de deux ans (et pas moins!). Si ton assurance ne te couvre qu’une année, ton PVT ne sera délivré que pour 1 an !!
  • Et puis, si jamais mes explications ne t’ont pas convaincu ou pas aider ou que tu as d’autres questions, la page destinée au PVT, sur le site du gouvernement canadien, c’est celle ci : PVT et pour facebook c’est celle là : PVT Facebbok.

Pour ma part, je vais continuer à profiter de mes deux derniers mois ici, et on se retrouve très bientôt pour un nouvel article !

Et surtout, hésite pas à me dire en commentaire si tu as eu la chance d’être tiré au sort ! en PVtistes, on se soutient 🙂

Cassoune, la (presque) Canadienne ! 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :